Tzvetan Todorov, L’esprit des Lumieres

Posted on août 28, 2009 par

0


Ce livre est une analyse philosophique et politique de l’esprit des Lumieres, constitutif de notre histoire et de notre present. Un essai bien utile en ces temps post-utopiques ou tous les modeles ont tour a tour fait faillite.

Todorov nous offre ici une synthese legere, mais efficace, des trois composantes de cette philosophie des Lumieres :

1. L’autonomie, l’autonomie des individus face aux pouvoir religieux et politiques se nourissant autant que produisant de la laicite et de la verite, le tout par l’etablissement d’une difference entre la recherche du Bien dependant de la Morale et la recherche du Vrai relatif a la Science ; 2. L’Humanite ou comment petite a petit l’humain s’est place au centre ; 3. L’Universalite, a savoir une distinction, d’apparence subtile mais a bien y penser fondamentale, entre la « volonte de tous » et la « volonte generale ».

IMG_7884

En plus de l’utilite generale de cette mise en perspective des Lumieres, completee  d’une critique des anti-Lumieres, on retriendra trois points d’interets particuliers.

1. Le role du protestantisme comme precurseur des Lumieres : en degageant l’individu de la tutelle de l’Eglise, en autonomisant le « prive », se libera lors un territoire qui s’etendra par la suite et finira par s’affranchir du religieux en general.

2. Bien qu’historiquement lie a l’Europe, l’esprit des Lumieres peut se reconnaitre dans bien des elements d’autres temps et d’autres cultures : Todorov nous parle de l’Inde, de la Chine et de l’Islam. Ce point permet de lutter contre une vision trop auto-glorifiante de l’Europe et de sa « civilisation », les composantes de cet esprit n’etant pas la specificite exclusive des europeens.

tzvetan-todorov

3. Il ressort de ce livre une interessante vision de l’Europe. Notre auteur nous presente la diversite de celle-ci – tres souvent montree du doigt pour expliquer ses errements et ses problemes – comme une chance de promouvoir, non pas le plus petit denominateur commun, forcement improductif, mais le respect de l’autre, une chance de mettre en avant la tolerance et l’emulation intellectuelle que cela initie.

 » […] si, au lieu d’isoler telle qualite pour l’imputer a tous, on prend pour base de l’unite le statut accorde a nos differences et les manieres d’en tirer profit : en favorisant la tolerance et l’emulation, le libre exercice de l’esprit critique, le detachement de soi permettant de se projeter en autrui et d’acceder ainsi a un niveau de generalite qui inclut le point de vue de l’un et de l’autre. »

Advertisements